La signature électronique et la dématérialisation

dématérialisationL’usage de la signature électronique et la dématérialisation

La forte croissance des échanges dématérialisés entre les entreprises, les associations et les différentes administrations s’accompagne d’un fort besoin de sécurité. Ainsi tant au niveau des flux que des contenus.

Tous les acteurs de la chaine de transmission doivent disposer d’une identité numérique fiable et reconnue. La signature électronique en est un des éléments essentiels. Mais, son adoption au sein de l’entreprise, de l’association, de la fondation a des répercussions globales. Ces dernières dépassent le seul remplacement de la signature manuscrite.

L’impact économique

À l’évidence ne plus à avoir à imprimer, poster, envoyer, recevoir et stocker du papier dans des boîtes d’archives est source d’économie directe.

Toutefois, les bénéfices potentiels sont bien supérieurs. En effet, mettre en place la signature électronique au sein de son organisation suppose de revoir de fond en comble les processus métiers et les procédures associées à la gestion documentaire. Ces opérations quasi systématiquement génèrent des gains de productivité.

Pour les entreprises qui vendent sur Internet, le taux de conversion est la mesure

de la performance par excellence. Les secteurs du service constatent un fort taux d’abandon au moment d’éditer le contrat afin d’y apposer sa signature et de le renvoyer par voir postale. La signature électronique permet une baisse sensible du taux d’abandon et une croissance des ventes.

L’impact juridique

Outre la valeur de preuve juridique reconnue par le législateur, la signature électronique est vectrice d’amélioration de la sécurité. A juste titre, l’identification du signataire est bien plus fiable qu’une signature manuscrite. En effet, celle-ci a pu être scannée et collée sur un document avant son impression.

De la même manière, les feuilles que l’on intercale, les mentions raturées, grattées appartiennent au passé. De plus, la traçabilité de cette empreinte numérique renforce la valeur probatoire d’un document.

L’impact en termes de communication

La perception par les tiers des entreprises, associations ou fondations qui déploient la signature électronique est un élément à ne pas négliger.

Modernisme et dynamisme, développement durable et éco-responsabilité sont des messages envoyés par les utilisateurs de la signature électronique. Ils sont positifs et dans l’air du temps et confortent l’image de toute organisation.

Un autre article sur le même sujet : la signature électronique

En savoir plus : La fédération des Tiers de confiance (FNTC)

Auteur : Cédric LAVEDRINE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes, Président d’AlterEthic.

Date de publication : Le 14/06/2017

Imprimer