Développement durable

Le développement durable privilégie une vision environnementale et sociétale à long terme de la croissance économique. Il aurait été évoqué pour la première fois dans un rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU). Brundtland, le rédacteur définissait le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

Cette problématique globale concerne toute la planète. Elle nécessite d’aligner des facteurs liés entre eux et indissociables d’un futur meilleur pour tous.

Ainsi, il n’y a pas de développement durable sans une économie équitable, inclusive, attentive à l’environnement.   Par ailleurs, il n’y a pas de développement durable sans une gestion commune et durable des ressources naturelles.

Cela suppose outre une volonté partagée des pays, la mise en œuvre d’un plan d’action concerté. De ce constat sont nés les objectifs  de développement durable fixés par l’ONU à l’horizon 2030.

En, effet, c’est bien un processus de transformation sociétale à engager ! Ceci afin de rendre cohérent, croissance au présent avec l’avenir des générations qui nous succèderont. Les entreprises peuvent agir via leur politique RSE.

 

 

Les 17 objectifs de développement durable

Ils se sont inspirés du plan de lutte contre la pauvreté et notamment des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le fait d’avoir une jauge des actions et un horizon avait permis de mesurer les progrès en matière de combat contre la pauvreté et l’engagement des pays. Les résultats montrant la pertinence de fixer une temporalité évaluable.

Ainsi, tirant profit du succès (relatif) des OMD, les membres de l’ONU ont adopté un Programme de développement durable à l’horizon 2030 et entériné 17 objectifs.

développement durable
Ils peuvent paraître très ambitieux, mais l’état de la planète impose cette urgence. Interdépendants, ils tracent une feuille de route pour les dirigeants.

Ces 17 objectifs de développement durable actent le fait qu’il ne peut y avoir d’éradication de la pauvreté, de croissance économique, sans prise en compte des thèmes sociaux (éducation, santé, emploi…) et environnementaux (changement climatique, hausse des températures mondiales…).

Ils sont entrés en vigueur le 1er janvier 2016, lors de la signature de l’Accord de Paris.  Ainsi,  ils nous laissent environ 15 ans pour donner une chance à la planète.

La mobilisation doit concerner tous les acteurs socio-économiques : citoyen, entreprises, associations, fondations, ONG, élus, autorités publiques européennes, nationales, régionales, territoriales, locales… Et n’abandonner personne au bord du chemin.